• L’organisation tunisienne des jeunes médecins examine la possibilité d’observer une seconde grève générale

  • Publié le 08 Nov 2019 | Tunisie360.net
  • Le bureau exécutif de l’Organisation tunisienne des jeunes médecins (OTJM) examine la possibilité d’observer une seconde grève générale en raison du mutisme des autorités concernées quant à l’affaire du renvoi de l’étudiant Ouajih Dhakkar, inscrit à la faculté de médecine de Tunis, pour une période de quatre mois au motif d’une publication sur Facebook.

    Dans une déclaration à la TAP, le président de l’OTJM, Jed Henchiri a indiqué que “le directeur de l’enseignement supérieur au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a conditionné l’annulation de la décision du renvoi émanant du conseil du discipline de la faculté de médecine par “des excuses écrites contenant un aveu de la part de l’étudiant, reconnaissant qu’il avait à travers cette publication, prémédité l’offense, justifiant son acte par la pression due aux périodes des examens”, a-t-il précisé.

    “En adoptant ce genre d’attitude, les autorités ne font que pousser vers l’escalade au lieu de se comporter d’une manière plus flexible avec ses étudiants afin de régler cette affaire de manière pacifique”, a déploré Henchiri, ajoutant que l’étudiant en question avait déjà clarifié sa position devant le conseil de discipline lors du questionnaire auquel il a été soumis, en affirmant “qu’il n’entendait offenser personne et qu’il voue un total respect à ses professeurs ainsi qu’à toutes les composantes de sa faculté, y compris le cadre administratif et les travailleurs”.

    Il a ajouté que le collectif d’avocats volontaires à la défense de Oujih Dhakkar, soumettra, demain vendredi, une demande auprès du tribunal administratif aux fins de suspendre la décision du renvoi, alors qu’un groupe d’enseignants universitaires, ont proposé de mettre en place un comité de sages en vue de résoudre le conflit. “L’OTJM demeure en attente d’une réponse officielle du ministère de l’Enseignement supérieur au sujet de ce dossier”, a-t-il poursuivi.

    Pour sa part, le chargé de communication au département de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Idriss Sayeh, a indiqué dans une déclaration à la TAP que la position du ministère converge avec celle du doyen de la faculté de médecine qui exige de l’étudiant des excuses écrites qui seraient adressées à l’administration de la faculté pour alléger la sanction.

    “Le directeur général de l’enseignement supérieur a demandé à l’étudiant de présenter ses excuses, alors que ce dernier a fait montre d’intransigeance en opposant un refus à cette exigence et en insistant sur le non retrait de l’affaire qu’il avait déposée auprès du tribunal administratif”, a fait savoir Sayeh, soulignant que le ministère de l’Enseignement supérieur œuvre à rapprocher les points de vue entre les parties pour résoudre le différend.

    En guise de protestation contre le renvoi pour quatre mois de Wajih Dhakkar, étudiant à la faculté de médecine de Tunis, suite à son message sur Facebook qui dénonce l’absence de climatisation dans la bibliothèque, une grève générale de 24 heures a été observée lundi 4 novembre dans toutes les facultés de médecine du pays. L’appel à la grève a été formulé par l’Organisation tunisienne des jeunes médecins (OTJM) pour exiger l’annulation de la décision.

  • Newsletter

    Recevez par email toute l’actualité
    Votre Email ne sera jamais communiqué à un tier.